logo MontrezVous.net

Microdata en pratique

Categories: Référencement SEO
Comments: 1 Comment
Published on: 19 octobre 2012

Depuis l’arrivée du HTML5, on peut insérer dans le texte HTML des microdata en vu d’expliquer aux moteurs de recherches le sens du texte de nos pages.

Dans cet article je vais vous expliquer comment fonctionne les microdata, les utiliser dans votre code et voir comment Google interprète votre texte.

Les microdata ou microdonnées ou « rich snippets » sont destinés uniquement aux moteurs de recherches afin de compléter les balises meta utilisés pour décrire une page.

Le standard

En 2011, Bing et Yahoo décident d’adopter officiellement un nouveau protocole nommé Shema.org utilisant les microdata (ou microdonnées) avnt que Google à son tour de l’adopter.

L’avantage des microdata comparé aux microformats et RDFa est qu’il propose prés de 300 enregistrements de données structurés afin de pouvoir expliquer aux moteurs de recherche beaucoup plus de concepts que ses prédécesseur.

Voici la liste officielle des structures de données de schema.org

Interprétation de votre code par Google

Avant de rentrer dans le code sachez que vous pouvez voir l’interprétation de votre code par Google de 2 façons différentes:

La seule différence entre les 2 vient du fait que le second permet d’avoir des informations quantitatives sur l’ensemble d’un site et pas seulement sur une page ou un extrait de code, je vous conseille le premier pour les tests.

Définition des balisages du standard Shema.org

Il y a 4 types de microdata possibles :

  • itemscope : Permet d’expliquer que ce qui suit est une classe à part entière.
  • itemtype : Définit le type de donnée décrit dans le schema.org
  • itemprop : Le nom de l’attribut ou de la propriété.
  • embedded items : l’élément intégré.

 

Et utiliseront 2 types de données

  • dataType : Le type d’information.
  • thing : Une chose immatérielle (exemple une entreprise).

Comment utiliser le balisage metadata

Il faut analyser ce que l’on veut décrire en se demandant ce qu’il est puis tout ce qui le touche directement..

Une classe de données simple

<div itemscope itemtype= »http://schema.org/Person »>
<span itemprop= »name »>Mathieu Ribot</span>
<span itemprop= »jobTitle »>Développeur web</span>
<span itemprop= »memberOf »>MontrezVous.net</span>
</div>

Google comprendra très bien que Mathieu Ribot est une personne, de métier développeur web auprès de montrezvous.net

Bien qu’il ne puisse pas comprendre ce qu’est MontrezVous.net à ce stade.

structured-data-testing-tool-montrezvous-mathieu-ribot-2

L’imbrication de classes de données

Pour comprendre ce concept d’imbrication il faut savoir que les classes sont hiérarchisé et pour expliquer tout un grand ensemble il faut commencer par la classe la plus haute puis expliquer les détails.

exemple: Chose < Magasin < Produit < Image < URL

Ainsi Google pourra comprendre avec ces 4 classes imbriqués que les images de ces liens sont des produits de ce magasin.

Attention de bien repérer quelle classe est la plus haute en se posant la question « Quel est le sujet du concept ? » car l’amalgame du « Le chien possède un maitre et le maitre possède un chien » n’est pas forcément loin.

Exemple d’imbrication

<div itemscope itemtype= »http://schema.org/Person »>
<span itemprop= »name »>Mathieu Ribot</span>
<span itemprop= »jobTitle »>Développeur web</span>
<div itemprop= »affiliation » itemscope itemtype= »http://schema.org/Organization »>
<span itemprop= »name »>MontrezVous.net</span>
<span itemprop= »email »>contact@montrezvous.net</span>
<span itemprop= »foundingDate »>2010-11-15T19:00-08:00</span>
</div>
</div>

Ainsi en plus de me connaitre, Google sait que je travaille dans l’agence MontrezVous.net créé le 15/11/2010 et ayant comme e-mail contact@montrezvous.net

structured-data-testing-tool-montrezvous-mathieu-ribot

Ma classe microdata n’existe pas dans le standard

Bien que la liste officielle de structure de données soit impressionnante, il peut arriver que l’on soit contraint de rechercher soit même une structure de donnée inexistante.

Je vous conseille de rechercher sur internet si d’autre webmaster ont déjà créé une classe pour pallier ce manque car si beaucoup de monde utilise cette structure, il serait possible qu’elle paraisse un jour dans les standards.

 

 

1 Comment
  1. Audrey dit :

    C’est une pratique de plus en plus courante sur le web, après reste à savoir si ça améliore le référencement ?
    D’un point de vue général, notre site se démarque des autres lors d’une recherche, et ça peut parfois être suffisant pour attirer l’attention de l’internaute, mais je me demande si Google par exemple apprécie ce genre d’initiative à son juste titre.

    En tous cas, c’est un bon article ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*